La relation pédagogique au collégial. Une alliée vitale pour la création d'un climat de classe propice à la motivation et à l'apprentissage

Numéro: 

4

Volume: 

28
Kozanitis, Anastassis

En milieu collégial, la qualité de la relation pédagogique, qui repose sur les interactions ayant lieu entre le professeur et ses étudiants, peut avoir un effet décisif sur la réussite scolaire, car ce lien vise à provoquer chez ces derniers une réaction positive à l’égard de la matière enseignée. Dès lors, il convient de s’intéresser de près à cette relation, entre autres pour l’influence qu’elle peut avoir sur le climat de classe, sur la motivation des étudiants et, ultimement, sur leurs apprentissages. Les interactions pédagogiques constructives dépendent de plusieurs facteurs, dont certains sont liés au contexte social et éducatif dans lequel s’effectue l’enseignement et d’autres, aux caractéristiques affectives des occupants de la classe. Cet article se penche d'abord sur l’évolution conceptuelle de la relation pédagogique, évolution caractérisée par la transformation des moyens d’enseignement et par l’apparition de préférences inédites chez les nouvelles générations d’étudiants quant à la façon d’apprendre. Puis, l'article analyse la nature d’une relation pédagogique jugée aidante en mettant en lumière ce que le professeur peut faire pour établir cette dernière. En se basant sur des ouvrages pertinents, l'auteur explore, par la suite, les effets que peut produire la qualité d’un tel lien chez les étudiants, puis il expose les limites ainsi que les défis liés à l’établissement d’une relation pédagogique en contexte postsecondaire.

Commentaires

Moins on est de fous...?

Portrait de Catherine Rhéaume
Dans ma pratique d'enseignante, j'accorde une grande importance à la qualité de la relation pédagogique. Une phrase de l'article retient mon attention : "[U]n nombre élevé d’étudiants dans un groupe rend la création d’une relation pédagogique significative avec chacun d’eux plus difficile, voire impossible." Je ne dirais pas qu'avoir beaucoup d'étudiants rend la tâche impossible. Toutefois, il est certain qu'en avoir moins fait une grande différence. J'ai eu la chance par le passé d'enseigner à quelques classes de 20 ou 25 élèves: la qualité du lien entre les étudiants et moi (et entre les étudiants entre eux) était remarquablement plus forte que dans un groupe de 40. Je suis certaine que cela a eu un impact sur la motivation et l'engagement des étudiants envers les cours. Si seulement cela pouvait toujours être comme ça!

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.