Un modèle intégré pour l'apprentissage d'une compétence

  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.
  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.
  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.
  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.

Auteur : François Lasnier, Consultant en sciences de l’éducation

Ce texte vise globalement à présenter les bases d’un modèle intégré pour l’enseignement, l’apprentissage et l’évaluation d’une compétence. Ce modèle est le résultat d’une expérimentation continue depuis huit ans. De plus, il réfère à des principes et à des stratégies inspirés du cognitivisme et du constructivisme.

De façon spécifique, le texte traitera des sujets suivants:

  • un court bilan de l’implantation de la formation par compétences (FPC) au collégial ;
  • les concepts qui sous-tendent la FPC ;
  • les principes propres à la FPC ;
  • le concept de compétence en fonction de l’apprentissage ;
  • les stratégies d’apprentissage favorisant la réussite de la FPC ;
  • les principaux liens entre la FPC et le cognitivisme.

Un court bilan de l’implantation de la formation par compétences (FPC) au collégial

L’enseignant a-t-il comme mission de transmettre des connaissances à ses étudiants ou, plutôt, celle de les accompagner dans l’acquisition d’Après bientôt dix ans d’implantation des programmes définis par compétences, on doit avouer que la tâche est loin d’être accomplie. On peut encore observer une certaine incompréhension quant à une vision intégrée d’un programme défini par compétences, ainsi qu’à une vision intégrée des éléments d’une compétence. À titre d’exemple, quand on voit deux éléments d’une compétence dans un cours et deux autres éléments de cette même compétence dans un autre cours, on peut s’interroger sur la façon dont l’étudiant réussira à en faire l’intégration. Par contre, on constate, depuis deux ou trois ans, une amélioration dans l’effort d’intégration des apprentissages. On voit de plus en plus qu’un effort est fait pour éviter de morceler les compétences dans les programmes. Il est aussi possible d’observer que plusieurs professeur-e-s ont un souci réel de faire intégrer les apprentissages par la réalisation de tâches complexes sollicitant tous les éléments de la compétence. De plus, il y a eu la publication de quelques textes qui ont contribué à l’appropriation de la formation par compétences. À cet égard, on ne peut passer sous silence les travaux du Pôle de l’est (1996), où on a tenté de mettre les apports de la psychologie cognitive au service de la FPC. Précédemment, Touzin (1994) avait présenté une stratégie pour l’élaboration d’un plan de cours dans le contexte d’un enseignement par compétences. Plus spécifiquement, sur le plan de l’évaluation des compétences, le texte de Wiggins (1993) nous a proposé des principes pour l’évaluation authentique. À la même époque, Perrenoud (1991) et Gillet (1992) nous donnaient une certaine vision européenne avec la publication de leurs volumes Construire des compétences dès l’école et Construire la formation. Récemment, la publication du volume Réussir la formation par compétences (Lasnier, 2000) visait à présenter un processus pratique pour la réalisation des programmes définis par compétences, et ce, en intégrant l’enseignement, l’apprentissage et l’évaluation.

En ce qui concerne l’apprentissage des compétences, on pourrait supposer que les difficultés observées sont dues à une implantation trop rapide. Cet élément a sans doute joué un rôle, mais il ne constitue pas le facteur principal. L’erreur capitale semble plutôt avoir été de croire qu’on puisse développer chez les professeurs une compétence à enseigner des compétences par le simple fait de leur présenter un programme composé de compétences, de leur demander de répartir des compétences dans des cours et d’y accoler des contenus disciplinaires. Les résultats observés semblent démontrer qu’il est indispensable d’offrir aux professeurs une formation continue pour l’apprentissage de la FPC.

Si, pour certains, une compétence se résume à une façon d’écrire un programme, pour d’autres, un programme défini par compétences commande de nouvelles façons d’élaborer les activités d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation. Dans les sections suivantes, nous tenterons d’expliquer certains concepts et quelques principes qui favorisent l’implantation et la réalisation des programmes définis par compétences.

Après bientôt dix ans d’implantation des programmes définis par compétences, on doit avouer que la tâche est loin d’être accomplie.

Les concepts qui sous-tendent la FPC

Compte tenu qu’il n’y a pas une seule conception de la FPC, je me concentrerai alors sur le modèle que je propose afin de favoriser l’apprentissage des compétences. La figure 1 présente le modèle intégré d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation, ainsi que les concepts qui devraient sous-tendre les programmes définis par compétences. Premièrement, la case centrale, présentant le modèle intégré, illustre l’intention de rendre l’enseignement et l’évaluation au service de l’apprentissage. Deuxièmement, examinons les concepts qui sous-tendent la formation par compétences et le modèle intégré d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation. d’apprentissage et d’évaluation. Les deux principaux concepts sont le cognitivisme et le constructivisme. Si le présent texte ne vise pas à expliquer ces différents concepts, je rappelle toutefois que les principes de ces concepts devraient être pris en compte non seulement pour planifier les enseignements, les apprentissages et les évaluations, mais aussi pour la rédaction des compétences. Cette façon de faire permet de rédiger des compétences mieux intégrées et de considérer les stratégies d’apprentissage nécessaires à l’apprenant pour réaliser les tâches intégratrices visant l’activation de tous les éléments de la compétence. La case illustrant la FPC présente des principes propres à celle-ci. Plusieurs de ces principes ont été mis à jour par les sciences cognitives et ils sont déjà bien connus. La formation par compétences vient systématiser l’organisation et l’application de ces principes. Aux principes plus connus viennent s’ajouter quelques principes favorisant l’organisation et l’application du cognitivisme et du constructivisme. Les principaux principes propres à la formation par compétences sont : globalité, construction, alternance, application, distinction, signifiance, cohérence, intégration, itération et transfert.

Figure 1 : Concepts qui devraient sous-tendre la formation par compétence et le modèle intégré d'enseignement, d'apprentissage et d'évaluation

Les principes propres à la FPC

Si des contraintes d’espace ne permettent pas ici d’expliquer de façon exhaustive chacun des principes propres à la FPC, il est pertinent de présenter toutefois quelques concepts-clés et le lecteur intéressé pourra trouver des explications détaillées dans le volume Réussir la formation par compétences Lasnier, 2000). Dans un premier temps, nous vous présentons, dans le tableau 1 sur la page suivante, une synthèse de la définition de chacun des principes.

Un programme défini par compétences commande de nouvelles façons d’élaborer les activités d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation.