Prix du ministre : prix d'excellence / Hélène L'Heureux. -- Pédagogie Collégiale, 1, no 2, janv. 1988, p. 23-24. -- SDM 8865966.

Texte intégral de l'article

SDM 8865966

Prix du ministre: prix d'excellence

Le 12 novembre 1987 avait lieu la cérémonie de remise des Prix du Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Science. Ces prix ont pour but de reconnaître la valeur exceptionnelle de certains documents didactiques produits par des enseignants et des professionnels non enseignants des cégeps. Les catégories à l'honneur sont les suivantes: matériel imprimé, matériel audiovisuel, matériel informatisé et recherche pédagogique. Cette année, le jury a dû ajouter une catégorie spéciale puisqu'une des productions ne pouvait être classée dans aucune des catégories existantes.

Rappelons que les prix ont été créés, il y a près de 10 ans, pour souligner l'excellence des oeuvres produites dans les cégeps. Depuis ce temps, quelque 900 ouvrages écrits, 250 documents audiovisuels et, depuis les trois dernières années, une cinquantaine de logiciels éducatifs ont été soumis, sans compter les rapports de recherche et ouvrages spéciaux. Cette année, les jurés ont dû se pencher sur une centaine de productions didactiques émanant de 30 collèges. Le taux élevé de participation à ce concours est un signe du dynamisme des enseignants et de la pertinence et de l'efficacité des programmes de subvention de la Direction générale de l'enseignement collégial.

Soulignons que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Science a traduit sa préoccupation dans ce domaine par la création d'un service de développement de matériel didactique permettant l'administration et le suivi des programmes de coproduction.

Lauréats et documents primés

Mer et Carrières

Dans la catégorie «Matériel audiovisuel», c'est un groupe de six personnes de l'Institut de marine du cégep de Rimouski qui a reçu le prix. Il s'agit de Claude Pagé, Jean Lavigne, Yvon Poirier, Carol Amiot, Jean-Marie Vignola et Rodrigue Martin qui ont signé le vidéogramme Mer et Carrières.

Ce document présente, à l'aide de témoignages, les programmes de formation dispensés à l'Institut de marine et les différentes possibilités de carrières qui s'offrent aux diplômés. Fait intéressant à souligner, on insiste sur la place de plus en plus grande qui est faite aux femmes dans le domaine maritime.

Par la réalisation de ce vidéogramme, les concepteurs visaient trois objectifs: premièrement, permettre aux élèves indécis en ce qui a trait à leur choix de carrière de mieux cerner et comprendre toutes les facettes d'un emploi dans le domaine maritime et les possibilités de carrière en rapport avec la conception, la construction, la gestion et l'opération d'un navire; deuxièmement, intéresser un plus grand nombre de jeunes à ces carrières et, troisièmement, doter le personnel travaillant en information scolaire et professionnelle et en orientation d'un outil pédagogique supplémentaire.

Réussir en sciences

Le Prix du Ministre, catégorie «Recherche pédagogique», a été décerné à Yves Blouin, psychologue au collège François-Xavier-Garneau de Québec.

Cette étude tend à démontrer que, contrairement à un mythe largement répandu, la réussite dans les disciplines scientifiques n'est pas purement intellectuelle. En fait, l'anxiété, les comportements d'étude inappropriés ainsi que les conceptions défaitistes et irréalistes des élèves expliqueraient les difficultés de performance dans des domaines comme les mathématiques, la physique, la chimie. Par conséquent, pour réussir en sciences, l'élève doit corriger ces facteurs personnels qui entretiennent le doute systématique sur ses capacités et il doit adopter des méthodes de travail adéquates. On a constaté que les élèves, concevant la réussite en sciences comme une affaire de détermination et d'effort, travaillent plus et mieux, sont moins anxieux et finalement obtiennent de meilleurs résultats.

Pour en arriver à ces conclusions, M. Blouin a mené une enquête auprès de 777 élèves de la concentration Sciences du collège où il enseigne. La proportion de garçons et filles était respectivement de 53 p. 100 et de 47 p. 100. Le but principal de la recherche était de découvrir si les réactions personnelles d'un élève influent sur sa réussite en sciences.

Les réponses fournies par les élèves ont également permis de déterminer pourquoi tant d'individus se détournent prématurément des sciences et de rappeler que la clé du succès dans ces domaines consiste à fournir des efforts assidus.

[début de la page 24 du texte original]

Mathématique 211-311

Michèle Gingras, du cégep Édouard-Montpetit, a remporté le Prix du Ministre dans la catégorie «Document imprimé», pour son manuel Mathématique 211-311.

Ce manuel s'adresse aux élèves inscrits aux cours d'appoint 211 et 311. Compte tenu de la diversité des programmes offerts par les différents collèges, l'auteure a voulu regrouper, dans un même ouvrage, le contenu des deux cours. En plus de permettre d'acquérir des notions nouvelles, cet ouvrage constitue un outil de référence précieux pour les élèves qui souhaitent réviser les notions de mathématiques acquises au secondaire avant d'entreprendre leurs études collégiales. La matière présentée couvre celle des programmes de mathématiques de la 1ère à la 5e année du secondaire. Les principales notions abordées sont l'arithmétique, les polynômes, les fractions algébriques, les équations et inéquations, les fonctions, les fonctions logarithmiques, exponentielles et trigonométriques, la géométrie analytique et la géométrie plane.

Le principal objectif du document est de favoriser chez l'élève l'apprentissage du raisonnement mathématique et de lui permettre de mettre en pratique ses nouvelles connaissances.

Cet ouvrage se distingue par sa présentation. Au début de chaque chapitre, un test préliminaire permet à l'élève d'évaluer ses connaissances. Chaque notion importante est abordée à l'aide d'un exemple de situation concrète. A la fin de chaque chapitre, on trouve un test récapitulatif dont les réponses figurent à la fin de l'ouvrage. L'aspect visuel a été privilégié: notions importantes encadrées, symboles graphiques indiquant les exercices, les erreurs à éviter, l'utilisation de la calculatrice, etc.

Somme toute, pour citer l'auteure, un ouvrage destiné à faire découvrir aux élèves le plaisir de faire des mathématiques.

Maquette d'une mine

Pierre Matois et Marc Auguste, du collège de la région de l'Amiante, ont créé une maquette montrant l'ossature et la méthode d'exploitation d'une mine souterraine, ce qui leur a valu le Prix du Ministre «Catégorie spéciale».

Une mine souterraine, c'est complexe: il s'agit habituellement d'un agencement d'excavations constituant un vaste réseau de communication dont la fonction ultime est la récupération du minerai que renferme le gisement. Même si les étudiants de technologie minérale vont visiter des mines souterraines, il leur est bien difficile de visualiser l'ensemble du réseau; ne pouvant être qu'à un endroit à la fois, ils ont du mal à reconstituer l'agencement des excavations.

Jusqu'ici, on avait recours à des schémas en trois dimensions, mais cette approche ne permet pas une représentation complète de la mine.

La maquette, qui s'ouvre à la verticale aussi bien qu'à l'horizontale, permet à l'élève de bien voir l'ossature de la mine (points, galeries, cheminées, chantiers), le gisement (qui est la partie de la zone minérale à exploiter) ainsi que la topographie de surface et les installations comme le chevalement d'extraction, le concentrateur, les bureaux, les entrepôts et les ateliers de réparation.

Cette maquette sera utile dans le cadre de divers cours du programme de technologie minérale: exploitation des mines; évaluation des gisements; contrôle des terrains miniers; projet d'exploitation; aérage; topométrie souterraine; opérations minières; manutention des matériaux abattus.

Les chasseurs-cueilleurs

Deux enseignants du collège de Sherbrooke, Bernard Deslandes et Denis Émond, ont créé un jeu informatisé fort ingénieux, «Les chasseurs-cueilleurs», dont le mérite vient d'être reconnu par l'attribution du Prix du Ministre, catégorie «Matériel informatisé».

Ce jeu a pour but de faire découvrir aux élèves des cours d'anthropologie les fondements organisationnels d'une société différente de la leur et de leur en faire saisir toutes les facettes: familiale, économique, politique et même idéologique.

Au cours du jeu, l'élève se joint à une population de tradition orale, vivant de chasse, de pêche et de cueillette. Dans ce nouveau milieu, on lui propose de se rendre responsable d'une famille pendant toute une année.

Au cours de ces 12 mois (qui se déroulent en moins d'une heure pour les besoins de la simulation), l'élève doit faire des choix lourds de conséquence pour la survie de sa nouvelle famille: mariages, choix des lieux de résidence, répartition des tâches, migrations saisonnières, relations avec les autres familles, consultation des aînés, recours au shaman, ce sorcier qui annonce ou explique les «mauvais sorts».

Le jeu se termine par un bilan des décisions et des résultats qui en ont découlé, offrant ainsi la possibilité à l'élève de mesurer avec quel bonheur il a pu guider sa famille.

Le guide du professeur, élaboré avec grand soin, présente successivement un ensemble d'explications théoriques, les possibilités offertes par le jeu ainsi que des considérations pédagogiques sur le recours à cette simulation et sur l'évaluation des étudiants.

Prix et exposition itinérante

Les lauréats des Prix du Ministre ont reçu un certificat et une sculpture de Luc Archambault. Ceux dont le projet n'était pas subventionné par la Direction générale de l'enseignement collégial ont également reçu une bourse de 2000 $. Mentionnons que huit prix d'encouragement et quatre mentions ont également été décernés au cours de la cérémonie.

Terminons en rappelant que la remise annuelle des Prix du Ministre répond à un objectif important, celui de faire connaître les ouvrages et leurs auteurs. Ce souci se traduit aussi par l'organisation d'une exposition itinérante de matériel didactique qui, mise sur pied il y a trois ans, terminera, le printemps prochain, sa première tournée des cégeps, à raison d'une douzaine d'établissements par année.

Hélène L'Heureux, Direction des communications, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Science