Les yeux grands fermés. Le passage du secondaire au collégial dans des programmes de formation technique

Numéro: 

2

Volume: 

17
Fortier, Claire

« La plupart des élèves entrent dans l’avenir comme on entre, les yeux ouverts, dans la nuit. »
François Dubet
Le faible taux de diplomation au collégial dans le temps prescrit nous amène à croire que le passage du secondaire au collégial est ardu pour plusieurs jeunes. Qu’en disent les principaux concernés ? Comment vivent-ils l’expérience de ce passage ? Pour répondre à ces questions, une population étudiante, soit 46 jeunes provenant directement du secondaire et inscrits dans des programmes techniques au collégial, a été rencontrée dès les quatre premières semaines de leur entrée au collégial lors d’entrevues individuelles semi-directives. L’analyse de leur discours permet de saisir que, au croisement de deux dynamiques (expérimentation et autonomisation), ces jeunes s’engagent dans leurs études les « yeux grands fermés ». Ils ont les yeux grands parce qu’ils désirent réussir leurs études, s’y investir, prendre leur « métier d’étudiant » (Coulon, 1997) au sérieux et ils déploient une réelle motivation pour se projeter dans un projet professionnel. Ils ont aussi les yeux fermés parce que l’horizon demeure incertain et obscur ; ils ont de la difficulté à se projeter dans l’avenir. Pris dans un maelström d’incertitudes qui rend flous leur choix de programme d’études et leur projet professionnel, ils affichent une insouciance ou une désinvolture certaine. « Ainsi, la jeunesse est à la fois un temps suspendu et un temps sérieux. » (Dubet et Martuccelli, 1996, p. 252) Parmi ces jeunes de 16-17 ans, il y a 32 garçons et 14 filles. Cette faible proportion de filles s’explique par le fait qu’il s’agit de jeunes inscrits surtout dans des programmes de techniques physiques. La majorité d’entre eux vivent sous la tutelle parentale. Près de la moitié d’entre eux entreprennent des études plus avancées que celles réalisées par leur mère et un peu plus du tiers comparativement au père.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.