Pour une meilleure réussite scolaire des garçons et des filles

Numéro: 

2

Rubrique: 

Volume: 

13
Conseil supérieur de l'éducation

Avis au ministre de l’Éducation
Sainte-Foy, Conseil supérieur de l’éducation
octobre 1999, 116 p.
http://www.cse.gouv.qc.ca
Le Conseil supérieur de l’éducation a fait paraître, en octobre dernier, un avis au ministre de l’Éducation, qui porte sur l’écart de réussite scolaire entre les garçons et les filles.
L’avis est divisé en quatre chapitres. Les auteurs présentent d’abord un état de la situation, réfléchissent ensuite sur les facteurs explicatifs du phénomène étudié, proposent des orientations pour soutenir les garçons et les filles dans leur cheminement scolaire, et terminent leur démarche en formulant plusieurs recommandations.
Le problème soulevé est important et a un impact certain sur l’accessibilité aux études collégiales : « il y eut 97 903 filles (55 %) et 78 807 garçons (45 %) qui ont été admis, à l’automne 1997, dans les établissements d’enseignement collégial du Québec. C’est donc dire, si l’on prend la réussite scolaire des filles comme élément de comparaison, qu’il manquait “ environ 20 000 garçons dans les cégeps du Québec ”. » (p. 62) [Voir : Service régional d’admission du Montréal métropolitain, Rapport annuel 1997-1998, p. 4]
La présence moins grande des garçons dans les collèges résulte d’un ensemble de facteurs actifs dès le début du parcours scolaire : il convient alors de saisir adéquatement le vécu scolaire différencié, des garçons et des filles, au cours de leur cheminement dans les ordres primaire et secondaire.
De manière à mettre en contexte les cinq orientations pour lesquelles des recommandations ont été formulées, nous avons retenu deux extraits de l’avis. Dans le premier extrait, tiré du premier chapitre (pages 31 et 32), les auteurs précisent le problème à l’étude en synthétisant les observations concernant les trois indicateurs choisis pour la mesure de la réussite scolaire des garçons et des filles : la diplomation, les résultats scolaires et le retard scolaire. Dans le second extrait, tiré du deuxième chapitre (pages 75 à 77), les auteurs proposent une synthèse des facteurs explicatifs, quant à l’écart observé entre la réussite scolaire des garçons et celle des filles, à partir des trois facteurs qui ont été privilégiés : l’école, les rôles sociaux de sexe et la socialisation.
Au chapitre 4, le Conseil expose ses recommandations qu’il regroupe sous cinq orientations :
1. Reconnaître les effets des rôles sociaux de sexe et de la socialisation.
2. Tenir compte des difficultés éprouvées en langue d’enseignement.
3. Tenir compte des rythmes de développement des élèves.
4. Tenir compte des styles cognitifs.
5. Tenir compte du besoin des adolescents et des adolescentes de donner un sens à leur situation scolaire.

L’AQPC reconnait, en 2014-2015, la contribution financière de Patrimoine canadien au développement technologique de la revue, par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, volet Innovation commerciale pour les périodiques imprimés.

Logo Gouvernement du Canada 

Panier

Votre panier est vide.