La relation au savoir et les outils de la veille pédagogique

  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.
  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.
  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.
  • : Function split() is deprecated in /var/www/aqpc.qc.ca/www/htdocs/sites/all/modules/i18n/i18nstrings/i18nstrings.module on line 537.

Auteur : Jean-Paul Pinte, Enseignant et chercheur en veille et intelligence compétitive, Université catholique de Lille-France

Apportez-moi l’information dont j’ai besoin, au moment où j’en ai besoin, et si possible sans que j’en fasse la demande...

Il est question d’une affaire d’humain produisant du savoir, s’abreuvant de savoir et partageant le savoir. La chasse au renseignement crée de nouveaux styles de raisonnement et de connaissance et elle fait partager et augmenter le potentiel d’intelligence collective des groupes humains. De plus, il apparaît que les technologies intellectuelles issues du cyberespace amplifient, extériorisent et modifient le nombre de fonctions cognitives humaines comme la mémoire, l’imagination, la perception et le raisonnement.

Pour la première fois dans l’Histoire de l’humanité, la plupart des compétences acquises par une personne au début de son parcours professionnel seront obsolètes en fin de carrière. Aussi, ce qu’il nous faut apprendre ne se planifie plus à l’avance et il faut maintenant nous fabriquer de nouveaux modèles de l’espace des connaissances qui soient émergents, ouverts, continus, en flux non linéaires, se réorganisant suivant les objectifs ou les contextes, et ce, dans un partage guidé par un esprit de collectivité.

Du virage technologique au vertige technologique
 

Il y a seulement quelques années encore, une personne en quête d’information savait qu’il lui fallait se rendre dans un lieu documentaire, qu’elle devait alors comprendre des techniques professionnelles minimales conçues par des experts en information et en documentation et se les approprier pour retrouver la ressource, l’article ou le livre requis. Les années 80 ont fondé de grands espoirs sur la recherche documentaire informatisée avec l’arrivée des ordinateurs et la possibilité de formuler plus ouvertement ses recherches, et ce, en diversifiant les accès au signalement des ressources, ce qui a sensiblement modifié la relation de l’usager au document. Depuis 1993, le réseau des réseaux a entraîné le concept de cyberespace, qualifié, par Morizio (2002), de nouvel emblème de l’encyclopédisme universel. Son introduction dans les centres de ressources documentaires et à domicile a rapidement mis en évidence les différences entre accès à l’information et construction des savoirs. Quelques chiffres peuvent à cet effet nous donner aujourd’hui le vertige : le cabinet ETForescasts estime que le nombre d’internautes dépassera le milliard d’ici 2005; selon International Data Corp, plus de 30 milliards de courriels seront échangés chaque jour fin 2005; Online Computer Library Center Ind. (OCLC) évalue à 9,04 millions le nombre de sites uniques sur le Web ; la société Cyveillance estime que le Web visible1 contient aujourd’hui plus de 8 milliards de pages et, enfin, selon la société Brightplanet le Web invisible contiendrait 550 milliards de documents à l’heure où cet article est rédigé...

Télécharger l'article [PDF, 831 ko, 8 pages]